Echos de la Mission : Province de France

Echos de la Mission : Province de France

 

Un Foyer d’étudiantes

Dans notre Province de France, nous avons un établissement unique : un foyer d’étudiantes.

Il se trouve dans la ville rose : Toulouse. Un foyer de 80 filles au milieu de 110 000 étudiantes que compte la ville. C’est petit, vous me direz, mais quelle chance pour les étudiantes et pour nous- même ce foyer. Petit foyer qui se veut familial, le « Mettons-nous Ensemble » de Marie Rivier est à l’œuvre chaque jour. Nous sommes une communauté de six religieuses au service du foyer.

Que vit-on dans ce foyer ? Je vais laisser la parole aux jeunes qui en ce début d’année avaient répondu à un petit questionnaire. La dernière question était : la place de la communauté religieuse dans le foyer. Est-elle importante ? Qu’est-ce qu’elle vous apporte ? Nous laissons la parole aux étudiantes !

 

Anniversaire au foyer

Au programme des jeunes du foyer de la Présentation de Marie à Toulouse, est inscrit en gros et en gras  « nous fêterons les anniversaires ». Et voilà comment nous nous sommes organisées. Dès la veille comme pour ouvrir la journée au parfum de la fête, nous mentionnons sur le tableau d’affichage du hall d’entrée, avec de belles couleurs « joyeux anniversaire » à celles d’entre elles qui célèbrent leur jour de naissance, sans oublier la carte de la communauté signée par les 6 sœurs, plus une intention de prière pour cette dernière et une bise au passage.

Evidemment, la fête est reportée à la fin du mois, avec les jeunes nées ce même mois. C’est autour d’un repas, que nous prenons le temps de vivre, de célébrer les élues du jour. C’est un moment de fraternité, de convivialité où vraiment on s’amuse à fond pour la joie de nos amies. Nous chantons de vive voix « joyeux anniversaire », nous leur souhaitons, longue vie et réussites dans leur études ; Le moment tant attendu arrive : il faut souffler les bougies sur le magnifique gâteau et  surtout remplir le verre du traditionnel cidre pour la joie de toutes. 

À quand le prochain rendez-vous pour les anniversaires du mois de mars, avril ou mai 2020 ? À cause du coronavirus, il sera semble-t-il par mail, poste ou téléphone !!!

 

Sœurs au service du foyer de jeunes filles de Toulouse,

  •             par notre vie  vie communautaire fraternelle et priante
  •             par notre accueil – écoute chaleureux et nos différents services dans la gratuité
  •             par notre vie ecclésiale (paroisse, aumôneries…)
  •             par nos engagements extérieurs (catéchèse, éveil à la foi,  « Notre Dame des gens de la rue »

Pour ma part, arrivée depuis maintenant 6 mois, je commence à mieux percevoir les enjeux de notre présence parmi ces jeunes filles. En plus de leur offrir un cadre de vie sécurisant et très favorables à leurs études, nous les soutenons dans leur vie de foi pour certaines, essayant par des animations nombreuses et très variées de leur faire pressentir la tendresse du Seigneur pour chacune, ainsi que la vie religieuse : propositions permettant la découverte de Marie Rivier et de la Congrégation .

Des exemples :

  1. Quand je suis à l’accueil, il s’agit de répondre à (aux) portes et téléphones pour savoir qui entre dans la maison et pourquoi, mais aussi de recevoir les colis des jeunes, mais il s’agit aussi d’ouvrir la porte aux jeunes filles qui vont et viennent tout au long de la journée, leur souhaiter une bonne journée à leur départ du matin, un petit mot gentil, un encouragement, un sourire sont toujours les bienvenus ; et à leur retour les accueillir avec délicatesse et discrétion surtout si l’on perçoit un petit problème. Parler de la couleur du ciel et de la température extérieure peut-être une bonne introduction si la jeune souhaite vider son sac.

       2. Autre temps très propice aux échanges : la vaisselle, les filles participant à tour de rôle (ou presque) à ce service. Estelle, une jeune fille d’un autre foyer est également présente pour le repas             du soir et la vaisselle. Elle est une aide précieuse aux échanges, ainsi que nos deux sœurs sénégalaises, Sr Marie M’Berry et Sr Michelle. Les jeunes sont « curieuses » de connaître d’autres                 cultures ou langues. La gaieté partagée fait place parfois à des questions essentielles : orientation, éthique, société, beaucoup de thèmes peuvent être abordés qui parfois se prolongent après            la vaisselle avec les sœurs présentes si nécessaire… Les téléphones avec les familles fonctionnent bien  mais avoir quelqu’un en chair et en os à qui parler fait du bien.

C’est vraiment une très belle mission qui est confiée à notre communauté et je suis très heureuse d’y apporter ma petite pierre.  – Sr Marie Odile –

 

shares